EPS 2B - 1er degré : Enseigner l'EPS - Concevoir et mettre en œuvre une séance

x

Concevoir et mettre en œuvre une séance

Repères généraux

L’EPS pourquoi ?

Les quatre composantes intéressantes en EPS que sont les aspects sensori-moteurs, énergétiques, cognitifs et affectifs en font la seule discipline d’enseignement où l’on s’exprime par « le corps ». En effet, les deux premiers aspects cités sont sollicités au premier plan et contribuent à l’originalité de la discipline. Ce qui est recherché, c’est moins un développement de la logique (comme en mathématiques) ou des qualités d’expression écrite (comme en Français) que des savoir-faire s’exprimant dans les tâches motrices.

Le BO Spécial 11 du 26/11/2015 des programmes en EPS indique que « L’éducation physique et sportive occupe une place originale où le corps, la motricité, laction et lengagement de soi sont au cœur des apprentissages et assure une contribution essentielle à l’éducation à la sante. Par la confrontation à des problèmes moteurs variés et la rencontre avec les autres, dans différents jeux et activités physiques et sportives, les élèves […] explorent leurs possibilités motrices et renforcent […] leurs compétences ».

C’est aussi pendant les séances d’EPS que les élèves nouent des relations entre eux, que cela se fasse ou non à l’initiative de l’enseignant, les élèves ont tendance à collaborer.

Les notions d’épanouissement personnel et de réalisation de soi, occupent aujourd’hui une place importante non seulement dans les discours des parents mais aussi dans celui des élèves.

S’épanouir, c’est « se développer dans toutes ses potentialités »

Dans le champ de l’éducation, l'EPSapporte entre autres aux enfants cette notion de « bien-être » de plaisir avec pour finalité de former un citoyen lucide, autonome, physiquement et socialement éduqué, dans le souci du vivre-ensemble.

C’est une discipline d’enseignement qui doit s’articuler avec d’autres champs disciplinaires : d’utiliser la séance d’EPS comme support d’écriture, de lecture, de verbalisation.

 

La place de l’EPS dans l’emploi du temps

L’EPS bénéficie d’un horaire annualisé de 108 heures à répartir en fonction du projet pédagogique de l’enseignant.

-      Maternelle : séances quotidiennes de 30 à 45 mn.

-      Elémentaire : 3 heures à répartir sur deux séances hebdomadaires (séances de 1h30 possibles selon l’APS)

 Une programmation cohérente des APSA dans le projet de cycle denseignement doit obligatoirement permettre aux élèves de rencontrer les 4 champs d’apprentissagesdans les 3 années du cycle 2 ou 3.

 Il convient donc de penser une programmation annuelle des APSA en ce sens (cf grilles de programmation) tout en se référant aux attendus de fin de cycle avec une priorité dans le choix des attendus visés au regard de l’activité choisie.

Programmer les activités de natation, en priorité :

À la fin du cycle 3, les élèves devront avoir acquis les savoir-faire correspondant aux compétences attendues du « savoir-nager ».

 Chaque fois que cela est possible, il est recommandé de faire participer sa classe à une ou plusieurs manifestations / rencontres sportives.

Les rencontres départementales USEPsont des temps forts qui finalisent les cycles d’apprentissages mis en œuvre dans une perspective de réinvestissement et d’évaluation.

Les équipes d’école qui ont des projets de rencontres EPSinterclasses ou inter-écoles sectorisées qui répondent à la logique de programmation de l’enseignement de l’EPS en lien avec les programmes et les actions du projet d’école et/ou des projets des classes peuvent demander l’aide du conseiller pédagogique EPS et / ou du coordonnateur USEP pour la conception, l’organisation et la coordination de ces rencontres.

 

Les modules d’enseignement mis en place doivent permettre aux élèves :

-      de développer leur motricité et d’apprendre à s’exprimer en utilisant son corps, en construisant des actions motrices fondamentales, en améliorant son répertoire moteur:

·        les locomotions (marcher, courir, sauter, rouler…)

·        les équilibres

·        les manipulations

·        les projections (lancers, réceptions)

 -      de partager des règles, d’assumer des rôles et des responsabilités,

 -      d’acquérir des connaissances liées à la connaissance de leur corps, à la santé, à la sécurité, à la citoyenneté,

 -      d’utiliser la séance d’EPS comme support de verbalisation : la phase de verbalisation est très importante en EPS et constitue un moment privilégié et obligatoire de toute séance.

 

 Pour les séances d’enseignement, il s’agit:

-      De proposer un nombre de séances suffisant pour qu’il y ait un apprentissage réel : modules de 6 à 12 séances selon l’activité physique sportive ou artistique (APSA).

Grilles de programmation

La séance en EPS

Extrait de « Pour démarrer : concevoir et mettre en œuvre un enseignement de lEPS au cycle 2 » (site eduscol.education.fr/ ressources-2016) :

 « La séance d’EPS est un temps d’activité physique encadré, organisé pour permettre à tous les élèves de développer leur motricité et d’apprendre à mobiliser leurs ressources. Même si elle constitue une « respiration » dans la journée scolaire, elle est très différente dun temps de récréation. »

Une séance d’EPS n’est donc pas standard, elle est toujours contextualisée. C’est-à-dire qu’elle tient compte :

- des contenus des programmes en référence aux textes officiels (les apprentissages souhaités sont clairement définis en termes de capacités, connaissances et attitudes) ;

- des caractéristiques des élèves et de leur acquis ;

- des séances précédentes, de sa place dans le module ;

- des choix dune démarche dapprentissage (situation-problème, par projet, expérimentale …) ;

- du contexte local : humain, relationnel, matériel, projet ;

- des règles de fonctionnement et de sécurité (consignes de sécurité, de mise en place, d’évolution).

La préparation et la réalisation d’une séance par l’enseignant se fait donc en 3 temps :

- Avant : concevoir, construire et préparer la séance ;
- Pendant
 : intervenir et transformer ;
- Après
 : analyser et réguler.

 

CONCEVOIR

 

  • Veillez à la sécurité de tous les éves à tout moment de la séance.
  • Organiser le groupe classe (équipes construites, nommer les responsables de fiches dateliers, d’évaluations, du matériel, …)
  • Dresser la liste du matériel

 

  • Se référer à la fiche séance :

Considérer la pparation de séance comme une hypothèse de travail, une aide et non un carcan.

-    Écrire les consignes (ce qui va être dit) : elles doivent être explicites, concrètes, formulées simplement.

-     Prévoir une mise en route en activité collective (de courte durée connue des élèves et réalisable par tous, avec consignes simples et rapides, des déplacements :  articulations étirements course).

-   Des situations d’apprentissage qui évoluent au cours de la séance.

  • Définir un à deux objectifs (un principal et un secondaire) pour la séance et par atelier.
  • Concevoir deux à trois situations au maximum
  • Ne pas hésiter à refaire des situations de la séance précédente et poursuivre des objectifs vus précédemment.

-   Un temps de retour au calme.

-   Un temps de bilan avec les élèves sur leurs apprentissages.

 

RÉALISER

 

Penser avant de sortir de la classe à:

  • Veillez à la sécurité de tous les éves à tout moment de la séance.
  • Organiser le groupe classe (équipes construites, nommer les responsables de fiches dateliers, d’évaluations, de matériel, …)
  • Donner des explications aux éves (règles de sécurité, règles de fonctionnement, …)
  • Prévoir le matériel

 

  • Aménager lespace avec les responsables (limites de terrain, circulation)
  • Rassembler les éves (lieu de regroupement préalablement défini).
  • Donner des consignes claires et précises.
  • Pour certaines situations qui nécessitent plus de consignes ou des évolutions, donner les consignes en deux temps :

1° temps pour faire, réaliser

2° temps pour progresser, faire évoluer, difrencier (modalités d’exécution et critères deussite)

  • Prévoir un temps depétitions, d’essais afin de permettre des progrès.
  • Les élèves peuvent avoir des réponses plus élaborées que celles attendues. Les laisser faire si on les sent capables et s’en inspirer pour faire évoluer la situation.
  • Alterner les phases dactivités et les phases de réflexion en veillant à privilégier la quantid’actions.
  • Gérer son temps, regarder sa montre, mais :
  • Si du retard a été pris, ne pas chercher à réaliser toutes les situations prévues.
  • Ne pas finir la séance dans l’urgence.
  • Impliquer les élèves, dans la mesure du possible, pour installer/désinstaller et ranger le matériel.

 

ÉVALUER et/ou OBSERVER

 

  • En début :

-    La mise en activité est un moment d’observation et d’évaluation  Savoir s’échauffer, Connaître et appliquer des principes d’un échauffement »)pour lenseignant.

 

  • Pendant :

-    Etre ensituationdedisponibilitépourobserverlesréponsesetainsieffectuerdesretours dinformation, prendre en compte les différences, faire évoluer les situations et adapter la durée de chacune d’elle.

-    Faire intervenir les élèves dans l’évaluation : co-évaluation, auto-évaluation.

 

  • À l’issue :

-    Réaliser un bilan avec les élèves sur ce que l’on a appris (affichage)pour visualiser les résultats, les règles dactions (pour….il faut….), les progrès (cahier dEPS ou cahier de vie à l’école).

Echauffement, retour au calme et bilan

L’échauffement / mise en activité / mise en train

Durée à titre indicatif : 5’ à 7’ échauffement général

Durée à titre indicatif : 7’ échauffement spécifique

 

Lors de l’échauffement général, lenseignant propose auxélèves des exercices de mise en disponibilité pour :

  • Préparer à un effort physique (étirement, articulations)
  • Élever progressivement la température du corps (courses)

 

Lors de l’échauffement spécifique il propose des exercices adaptés aux élèves, aux conditions de pratiques et en lien direct avec lAPSA qui suit.
 

Le retour au calme : Durée à titre indicatif : 5’ à 10’

 

Il doit permettre aux élèves de quitter, progressivement, un état d'excitation et d'énervement, de retrouver des rythmes cardiaque et respiratoire normaux, d’être plus réceptifs pour les activités en classe.

 

Après le rangement du matériel, le contenu du retour au calme varie en fonction de lactivité pratiquée, de lenvironnement matériel, du niveau de sollicitation atteint durant la séance et est en relation avec l’activité suivante.

 

Tout comme l’échauffement, il doit être progressif:

  • ne pas passer directement de la course à une position statique, allongée.

Il peut être obtenu :

  • par des mouvements d’étirement fait débout, assis, couché, seul ou à deux,
  • par des mouvements de perception corporelle sur fond musical ou non,
  • par des attitudes de relaxation.

 

Si la dépense énergétique et l’excitation ont été faibles, cette étape peut simplement contenir le rangement du matériel, le rhabillage et la durée du trajet pour revenir en classe.

Eviter un retour au calme poussé avant de conduire les élèves en récréation.

 

Le bilan de fin de séance

En référence à Siedentop, D. (1994). Apprendre à enseigner l'éducation physique. Version française de la 3e édition du volume de Daryl Siedentop, Developing Teaching Skills in Physical Education, parue en 1991. Québec : Gaëtan Morin.

« Le bilan de fin de séance fait référence au moment où l'enseignant rassemble les éléments de la leçon afin de s'assurer que les élèves en ont bien compris les principaux buts, de rappeler l'importance de ces éléments au besoin et, aussi de connaître les perceptions des élèves.

Un bilan peut atteindre plusieurs objectifs :

- le bilan permet de prendre conscience de ce qui a été accompli (faire prendre conscience aux élèves ce qu'ils ont réalisé durant la séance)

- le bilan est une occasion de faire des constats (comportement du groupe-classe, réussite des élèves)

- le bilan est une occasion de vérifier les sentiments des élèves (leurs ressentis vis-à-vis de ce qu'ils apprennent)

- le bilan peut être un moment de révision (retour sur les éléments appris du jour)

- le bilan peut être une transition entre une activité intense et le moment d'aller au vestiaire ou de retourner en classe. »

Une séance d’EPS se conclut par un bilan avec les élèves conduit par l’enseignant avec précision souvent à l’oral.

Pour être efficace, le bilan a été réfléchi à l’avance même s’il s’appuie sur les constats lors de la séance.

L’enseignant prévoit ainsi les modalités du bilan, notamment son organisation et une partie des éléments langagiers.

De retour en classe une verbalisation, une trace écrite ou informatique peuvent être prévues pour analyser, comprendre, progresser.On peut :

 

 Constituer un support de mémoire :

          Affiches, répertoire commun de classe ;
          Cahier EPS ;
          Lecture, écriture, lcc, arts plastiques, informatique…

Utiliser des résultats :

Fiches, tableaux de résultats, analyse des courbes de progrès en athlétisme ou en natation par exemple
Utilisation de l’outil informatique, des mathématiques.

S’inscrire dans les pratiques culturelles :

Langue et culture Corse,arts visuels, plastiques (maquette…), musique, histoire, géographie

Le bilan aussi permettra à l’enseignant de réajuster sa préparation de séance suivante. Si le module s’effectue avec un intervenant extérieur le réajustement se fera en concertation avec ce dernier.

 

L’équipe départementale EPS (CPC, Coordonnateur USEP, CPD) reste à votre disposition pour,

  • vous accompagner dans l’élaboration et la mise en œuvre de module d’activité.

  • vous permettre, en lien avec les collectivités dont vous dépendez et selon les disponibilités, l’accès planifié à différentes structures sportives (Cosec, stade …).

  • vous donner accès à un prêt de matériel.

 

 

> Pour aller plus loin :

 

http://ienlagarde.fr/pedagogie-generale/35-eps/46-natation-deroulement-…

 

Les intervenants extérieurs

Indispensables dans le cadre des activités à encadrement renforcé (cf.annexe encadrement activités EPS ), les intervenants qu’ils soient bénévoles ou rémunérés sont soumis à l’agrément de l’Inspecteur d’Académie Directeur des Services de l’Education Nationale.

Les parents bénévoles ayant des fonctions d’aide à l’enseignement sont eux aussi soumis à l’agrément de l’I.A. (en natation, doivent réussir un test en piscine).

Le quota horaire d’interventions extérieures annuelles est fixé à :

26 h hors voile, natation, échecs et LCC.

 

L’évaluation :

Une évaluation des compétences en EPS est à prévoir pour chacun des modules d’apprentissage : elle permettra à l’élève de mesurer ses progrès en fonction de critères de réussite quantitatifs ou qualitatifs.

Elle doit figurer dans le LSU ou le carnet de réussite à la maternelle.

Synoptique : conception d’un enseignement en EPS

Synoptique : les compétences retenues en quadrille

Synoptique : le module d’apprentissage quadrille

Un exemple d’évaluation quadrille débutant

La fiche action

Télécharger le document :

Enseigner l'EPS

Concevoir et mettre en oeuvre une séance

Mise à jour : août 2022

Le taux minimum d' encadrement des activités physiques sportives et artistiques

Mise à jour : août 2022

La natation en milieu scolaire

Mise à jour : août 2022

Sécurité et activités physiques de pleine nature : APPN

Mise à jour : août 2022

Étudiant Fonction- -naire Stagiaire : EFS

Mise à jour : août 2022

Formations académiques EPS/USEP

Mise à jour : novembre 2022

Mise à jour : août 2022