Bannière CASNAV

 

UPE2A : un dispositif d'aide à l'enfant allophone

 

À savoir

Les modalités d’inclusion et d’enseignement des élèves allophones nouvellement arrivés relèvent d’une réflexion collective des personnels de direction et des équipes éducatives en prenant appui sur des principes communs, en référence à la circulaire nationale n°2012-141 du 02-10-2012 relative à l’organisation de la scolarité des EANA :
 
 

L’organisation de la scolarité des EANA

  • L’élève est inscrit dans la classe ordinaire correspondant à son niveau scolaire et à son âge (avec un écart de deux ans maximum par rapport à l’âge de référence de la classe concernée) et participe à tous les cours accessibles pour lui ;
  • Les enseignements ne reposant pas sur une maîtrise du français, tels que l'EPS, la musique, les arts plastiques, l’anglais, les Mathématiques etc..., lui sont proposés lors des temps de présence dans sa classe ordinaire ;
  • Il suit, au total, un nombre d’heures équivalant à l’horaire prévu dans les classes ordinaires de son école ou de son établissement ;
  • Il suit l’intégralité d’une séquence pédagogique, quelle que soit la discipline d’enseignement, afin d’éviter le morcellement des apprentissages ;
  • Les emplois du temps des enseignants de l'UPE2A et des différentes classes ordinaires sont harmonisés afin d'offrir à l'élève l'intégralité des enseignements dans une même discipline. Pour ce faire, une réflexion commune pourra être engagée en conseil d’enseignement ou en conseil de cycle sur le choix des classes d’inscription et sur l’alignement horaire à opérer dans certaines disciplines, afin de favoriser la continuité des apprentissages ;
  • L’élève bénéficie d’un dispositif ou d’un module d’enseignement en français langue seconde correspondant à ses besoins linguistiques. Un élève grand débutant en langue française, reçoit entre 9 heures et 12 heures par semaine d’enseignement du français langue seconde dans le premier degré et entre 12 heures et 16 heures dans le second degré (révisable dans la durée). Enseignement adaptable en fonction du niveau de maîtrise de la langue française de l’apprenant à son arrivée sur le territoire. Sauf situation particulière, la durée de scolarité d’un élève dans un tel regroupement pédagogique ne doit pas excéder l’équivalent d’une année scolaire. L’objectif est qu’il puisse au plus vite suivre l’intégralité des enseignements dans une classe de cursus ordinaire avec, le cas échéant, un dispositif plus souple d’accompagnement pourra être mis en place la deuxième année : « soutien linguistique » de 4 à 6h par semaine ;
  • Le chef d’établissement/directeur d’école portera une attention particulière à ce que l’emploi du temps de l’UPE2A comptabilise le nombre minimum d’heures attendues pour l’enseignement du FLSco, c’est-à-dire 9h dans le 1er degré et 12h dans le second degré ;
  • Il est souhaitable que les enseignants des UPE2A conservent un service d’enseignement en classe ordinaire, ce qui est notamment possible dans le cadre d’échanges de services ou de décloisonnements entre classes ;
  • L’élève participe aux projets et aux sorties de sa classe d’inscription, même s’il n’assiste pas encore à tous les cours de sa classe ;
  • La participation à des temps d’ateliers, à des clubs artistiques et culturels, ou encore aux activités de l’association sportive dans le second degré, est encouragée ;
  • Des pratiques de différenciation pédagogique sont mises en œuvre en classe ordinaire pour répondre à ses besoins ;
  • Un suivi personnalisé est organisé pour garantir la continuité des apprentissages, dans le cas d’un regroupement pédagogique dans un établissement différent, ou encore lors du retour dans l’école ou dans l’établissement de secteur ;
  • Un élève accueilli dans une UPE2A peut intégrer quelle que soit la période de l’année une classe de cursus ordinaire dès qu’il a acquis une maîtrise suffisante du français, à l’oral et à l’écrit, et dès qu’il a été suffisamment familiarisé avec les conditions de fonctionnement et les règles de vie de l’école ou de l’établissement ;
  • Les dispositifs d’aide et d’accompagnement pédagogique existant dans l’école ou dans l’établissement sont mobilisés, en fonction des besoins de l’élève, dans la poursuite de son parcours scolaire.
 
 

Modalités d’enseignement en UPE2A dans le 1er ou 2nd degré dans le cadre d’un regroupement d’écoles ou d’établissements

Sur certaines zones rurales, lorsque des écoles ou établissements accueillent des élèves allophones en petits nombres, trop éloignés les uns(es) des autres pour permettre le regroupement des élèves, le professeur UPE2A pourra intervenir selon deux modalités:

Première modalité

Il intervient dans un module d’enseignement de soutien linguistique auprès des élèves allophones

Deuxième modalité

Il intervient dans les classes ordinaires, aux côtés des enseignants, pour accompagner les élèves allophones dans leurs apprentissages et pour réfléchir avec ses collègues à la manière d’ajuster les pratiques pédagogiques. Ces deux formes d’interventions peuvent être modulées au fil de l’année. La deuxième modalité d’intervention est particulièrement indiquée pour un groupe restreint d’élèves allophones qui bénéficiera d’une dynamique d’apprentissage plus importante au sein de la classe ordinaire.

 

Modalités d’enseignement en UPE2A dans le 1er degré

▪  L’enseignant intervient soit dans une UPE2A soit dans deux UPE2A situées dans une même zone géographique afin de préserver une scolarisation de proximité.


▪ Tout enseignant volontaire est susceptible d’être affecté à une unité pédagogique pour élèves allophones et prioritairement les enseignants ayant obtenu une certification complémentaire en français langue seconde (CCFLS) ou ayant suivi un cursus universitaire en français langue seconde.

▪  L’enseignant nouvellement affecté à ce poste, sans certification, reçoit un accompagnement pédagogique lui permettant de préparer la certification complémentaire.

Lorsqu’il intervient sur une UPE2A 

▪  Il dispensera les 24h de cours et bénéficiera de 3h de décharge qui seront consacrées prioritairement aux missions suivantes : le positionnement des élèves nouvellement arrivés dans le secteur, l’accueil de l’élève et des tuteurs au sein de sa nouvelle école et en UPE2A, la communication avec les partenaires éducatifs, et l’accompagnement de l’élève allophone en classe ordinaire.

▪  Selon les flux d’arrivées et si un besoin se fait ressentir dans une école sans dispositif du secteur, l’enseignant en UPE2A peut être amené à y enseigner sur une partie des 3h après entente avec le référent départemental 1er degré CASNAV et sur décision de l’IEN.

▪  Ces 3 heures permettent également aux enseignants UPE2A des départements de se réunir ponctuellement afin d’harmoniser leurs pratiques et de construire des projets fédérateurs.

Lorsqu’il intervient sur deux UPE2A 

▪ Par dispositif UPE2A, Il dispensera 12h de cours et bénéficiera de 3h de décharge.

▪  Ces 6h de décharge au total, seront consacrées prioritairement aux missions précédemment citées.

 
 

Modalités d’enseignement en UPE2A dans le 2nd degré

Tout professeur de lettres, doit pouvoir prendre en charge l’enseignement du français comme langue seconde. Il est vivement souhaitable que l’enseignant responsable de l’unité pédagogique pour élèves allophones arrivants soit nommé dans le cadre des postes à exigences particulières.
 

L’UPE2A animée par 1 seul enseignant

Lorsqu’un poste à plein temps est destiné au dispositif, le professeur certifié dispensera 16h de cours et bénéficiera de 2h de décharge pour les missions suivantes : l’accueil et le positionnement de l’élève, et la communication avec les partenaires éducatifs (psychologue de l’éducation nationale, conseiller principal d’éducation, assistante sociale de l’établissement, parents, infirmière, les autres enseignants…etc.).

Ces 2 heures permettent également aux enseignants en UPE2A des départements de se réunir ponctuellement afin d’harmoniser leurs pratiques et de construire des projets fédérateurs.

L’UPE2A animée par 2 enseignants

L’éventail d’heures des deux enseignants doit couvrir les 18h d’enseignement en UPE2A. Les deux enseignants bénéficient chacun d’une heure d’I.M.P (Indemnités pour missions particulières), votée en Conseil d’administration. Ces heures sont employées comme précisé précédemment : à l’accueil et au positionnement de l’élève et de ses tuteurs, ainsi qu’à la communication avec les partenaires éducatifs (psychologue de l’éducation nationale, conseiller principal d’éducation, assistante sociale de l’établissement, parents, infirmière, les autres enseignants…etc.).

Ces 2 heures permettent également aux enseignants du réseau UPE2A des départements de se réunir ponctuellement afin d’harmoniser leurs pratiques et de construire des projets fédérateurs.