Autoportrait photographique, Selfie : deux journées de conférences et d’ateliers pour interroger cet usage



Autoportrait photographique, Selfie : deux journées de conférences et d’ateliers pour interroger cet usage
Le selfie (de l'anglais self, « soi »), égoportrait au Québec, « autoportrait photographique fait à bout de bras, généralement dans le but de le publier sur un réseau social ». Pratique répandue chez les adolescents, ce nouveau mode de communication par l'image interroge la représentation de soi, les limites de la vie privée ou l'émergence d'une culture numérique. C’était le sujet du colloque organisé par le Centre Méditerranéen de la Photographie, Canopé en partenariat avec le CLEMI (Centre pour l’Education aux Médias et à l’Information). Cinquante stagiaires étaient inscrits à ce dispositif (PREAC), des enseignants d’arts plastiques, de documentation, d’Histoire, de lettres, de philosophies…, conscients de l’enjeu de cette pratique médiatique. Deux journées de conférences et d’ateliers pour interroger cet usage ont été organisées à Ajaccio, le 6 et 7 décembre 2018.

De l'autoportrait photographique …

L’autoportrait n'est pas une pratique nouvelle, a rappelé Marcel Fortini directeur du CMP. Aujourd’hui le centre propose des ateliers aux jeunes scolaires mettant en œuvre l’autoportrait en diachronie, un travail exposé par Valérie Rouyer photographe chargée de mission.
La démarche d’Elina Brotherus, artiste photographe professionnelle est passionnante et passionnée, Depuis ses 16 ans, elle crée des autoportraits, une série qu’elle partage avec la salle de l’espace Diamant. Elle confronte la photographie aux codes classiques de la représentation. Son travail a fait l’objet d’un atelier plébiscité par les stagiaires.

…Célébration de soi ou « autoportrait de soi dans le monde » ?

S'agit-il d'une pratique narcissique, comme le dénote le terme québécois « égoportrait », une forme d’expression égocentrique et vide de sens ?

Pour Laurence Allard, chercheuse à l'Université Paris3-IRCAV, « le selfie n'est pas seulement un autoportrait mais un autoportrait de soi dans le monde. Le plus important est à l'arrière-plan. ». Le selfie permet de montrer avec qui l'on est, où l'on est, ce que l'on fait, éléments permettant de construire une identité. De nombreuses célébrités, mais aussi des personnalités politiques, ont adopté ce moyen de communiquer afin de valoriser leur image. Mais pour les adolescents, le Selfie est « une image de soi facilement renouvelable plus apte que les mots à traduire l'état instable de l'adolescence. », dans laquelle on se met en scène, seul ou plus souvent à plusieurs, mais où l'on met aussi en scène le geste photographique lui-même, régi par des codes et une gestuelle mimétique. Des dérivés de Selfie ont d'ailleurs fleuri sur les réseaux sociaux, que l'on peut classer en fonction des personnes présentes, du contexte ou encore de la partie du corps mise en valeur. On peut noter leur grande viralité, le modèle a été repris et partagé un grand nombre de fois en un temps très court.

Une pratique codifiée

Vanessa Lalo, psychologue clinicienne, voit dans le Selfie un moyen de communiquer. Plus qu'une simple pratique narcissique ou une simple représentation de soi il devient un acte de communication profondément social. L’image de soi banalisée, encouragée par deux facteurs concomitants : la généralisation des smartphones connectés à internet et dotés de caméras sur l'avant et l'essor des réseaux sociaux, notamment ceux destinés à l'échange de photos.
Pour autant, le Selfie n'est pas un simple portrait photographique ; la différence réside dans sa finalité : c'est une mise en scène de soi destinée à être diffusée, partagée dans sa communauté restreinte (amis, famille) ou dans la communauté anonyme (constituée des millions d'internautes). Le Selfie n'a d'intérêt que s'il est vu et remarqué par d'autres. Partager un Selfie est un acte social et un signe d'appartenance à un groupe. « Je selfie, donc je suis ? » comme le titrait Corsematin .

En clair, cette photographie connectée est porteuse d'un message destiné à être interprété en fonction du destinataire et du contexte. C'est un message imagé, parfois créatif, qui en dit souvent plus long sur son état d'esprit ou son humeur que des mots.
Le Selfie participe de « l'actualisation de soi » et alimente un besoin cognitif dans le processus de « savoir devenir », la projection de soi pour établir sa « présence en ligne ».
L'émergence d'une culture numérique adolescente ?
L’intervention d’Elsie Russier, formatrice au CLEMI montre qu’il relève d’une pratique des jeunes et d’une culture Web qui infuse ensuite dans la société. D’ailleurs la publicité s’en empare déjà !
La pratique du Selfie chez les adolescents échappe au contrôle des adultes. Grâce à l'application Snapchat, qui permet de partager des images pendant une durée limitée, ils peuvent maîtriser la fugacité du message, même si la conservation des photos par l'application pose néanmoins question. « Si les adolescents, aujourd'hui, s'emparent massivement de la production d'images numériques, ce n'est pas seulement parce que la technique est disponible, mais parce que c'est une manière de produire une image de soi, de son groupe d'appartenance, de sa culture, qui n'est pas déterminée par les adultes ».

Le programme du PREAC

Autoportrait photographique, Selfie : deux journées de conférences et d’ateliers pour interroger cet usage
Conférences
Approche esthétique et historique de l'autoportrait / Marcel Fortini
Mise en pratique de l'autoportrait comme projet pédagogique / Valérie Rouyer

L'autoportrait photographique / Elina Brotherus
Selfies politiques : un portrait de soi mobilisé dans le monde, conférence participative / Laurence Allard
Le Selfie, l'art d'être vu pour construire l'image de soi / Vanessa Lalo
Les pratiques médiatiques des jeunes au service de l'éducation aux médias / Elsie Russier

Ateliers
Elsie Russier : le Selfie dans la culture numérique des adolescents Elsie Russie
Elina Brotherus : échanges de pratiques photographique

Les intervenants
Laurence Allard Maître de conférences, sciences de la communication, sociologue des usages numériques, enseigne à l'université de Lille, chercheuse à l'IRCAV Paris3, spécialiste notamment des usages juvéniles de la culture mobile. Elle est par ailleurs co-fondatrice de l'association de science citoyenne Labo Citoyen (en résidence au FablabSU).

Elina Brotherus Photographe professionnelle finlandaise et artiste vidéo. Elle partage son temps entre Helsinki et Paris. Elle a été lauréate du Prix Niepce 2006.

Vanessa Lalo Psychologue clinicienne, est spécialisée dans les jeux vidéo, les pratiques numériques et leurs impacts (cognitifs, éducatifs et culturels). Elle exerce en libéral et sensibilise aux nouvelles postures professionnelles en ligne.

Elsie Russier est formatrice au Pôle Labo du CLEMI National. Ingénieure pédagogique, elle conçoit et anime des actions de formation et participe également à la production des ressources pédagogiques.

Valérie Rouyer Chargée de mission en pédagogie et responsable des expositions au Centre Méditerranéen de la Photographie. Diplômée de l’École nationale de la photographie -Arles.

Vendredi 21 Décembre 2018
     

Rectorat de l'académie de Corse
Boulevard Pascal Rossini
BP 808
20192 Ajaccio CEDEX 4

Tél : +33 (0)4 95 50 33 33
Fax : +33 (0)4 95 51 27 06
Nous contacter

Horaires d'ouverture au public :
du lundi au vendredi
de 9h30 à 11h30 et de 14h30 à 16h
Horaires d'ouverture au public - été 2019
Enquête : «qualité de l'accueil»