Bruit


I. ÉVALUER LES RISQUES

La nuisance engendrée par les ondes sonores est communément appelée bruit. Celui-ci est plus ou moins gênant selon la source qui est à son origine et selon la sensibilité de celui qui le reçoit (critère de tolérance). Il réduit la perception des dangers (véhicules...).

Les ondes sonores sont caractérisées par leur amplitude (ou niveau de pression sonore) et leur fréquence. L’amplitude s’exprime en décibels (dB) selon une échelle logarithmique et la fréquence en hertz (Hz).

L’amplitude du bruit reçu dépend du bruit émis mais aussi de la distance et de la réverbération des parois du local concerné.
Les fréquences audibles (pour l’oreille humaine) sont comprises entre 20 Hz et 20000 Hz.
L’oreille ayant une sensibilité variable selon les fréquences, une unité particulière d’amplitude pour la physiologie humaine a été introduite : le décibel pondéré A ou dB(A).

Il est important d’être vigilant vis à vis des risques liés au bruit, car les conséquences physiologiques de ces nuisances (surdité totale ou partielle) sont irréversibles à terme. Des effets somatiques ont aussi été décrits (hypertension artérielle, fatigue,...).

Les effets dus au bruit sont fonction de l’amplitude et de la durée de ce bruit. Ainsi, un bruit de 85 dB(A) supporté pendant 8 heures produit les mêmes effets qu'un bruit de 100 dB(A) pendant 15 minutes.

Bruits de référence :

0 dB (A) : seuil d’audition

15 dB (A) : forêt

40 dB (A) : bibliothèque

65 dB (A) : bureau, salle de cours

85 dB (A) : restaurant d’entreprise, circulation urbaine

100 dB (A) : marteau-piqueur, menuiserie

110 dB (A) : concert d’un groupe de rock

125 dB (A) : avion au décollage (à 100m)

140 dB (A) : réacteur d’avion (à 25m), seuil de douleur

Valeurs réglementaires (Code du travail, art. R. 4431-2) :


Exposition sonore moyenne (8 heures) Pression acoustique de crête
Fourniture obligatoire des EPI seuil 85 dB(A) seuil 135 dB(A)
Port obligatoire des EPI seuil 90 dB(A)* seuil 140 dB(A)

EPI : Equipement de protection individuelle
* Un programme de réduction du niveau sonore doit être mis en place

II. PRÉVENIR LES RISQUES

Les mesures préventives doivent être collectives et/ou individuelles.

LA PRÉVENTION COLLECTIVE

Choisir des procédés et appareils peu ou moins bruyants par construction.
Bien fixer les appareils vibrants (resserrer vis, boulons, écrous et contrôler le bon état des amortisseurs).
Utiliser des capots, écrans, caissons, cabines,... pour obtenir le niveau sonore le plus bas possible.
Utiliser, pour éviter la réverbération des bruits, des matériaux absorbants pour les sols, murs et plafonds.
Limiter le temps d'exposition.
S’isoler si possible des autres personnes lors d'opérations ponctuelles.

LA PROTECTION INDIVIDUELLE

Un équipement de protection individuelle (casque antibruit ou bouchons d’oreilles) contre le bruit doit maintenir l’amplitude sonore en dessous des valeurs réglementaires. Certains permettent un affaiblissement global de 20 dB(A).

Julien Pons
Mardi 19 Août 2014

Menu