Porto-Vecchio : Les cours de corse dispensés par le Greta ont repris

Les cours de corse dispensés par les formateurs du Greta attirent quelque 90 "élèves" depuis une quinzaine de jours.
Voici un article de Sandrine ORDAN paru dans Corse-Matin du 17 Octobre 2018.



Porto-Vecchio : Les cours de corse dispensés par le Greta ont repris

Dans le réfectoire du collège Léon Boujot, les conversations vont bon train. Mais pour une fois, ce ne sont pas des adolescents qui bavardent mais des adultes de tout âge, venus pour apprendre eux aussi. Ils font partie des inscrits aux cours de langue corse proposés par le Greta jusqu’en janvier prochain, avec un financement de la Collectivité de Corse. 90 heures d’apprentissage, de perfectionnement, de sorties…

"Nous avons eu beaucoup de demandes, se réjouit Valérie Mondoloni, responsable administrative du Greta pour Porto Vecchio, puisque nos effectifs ont plus que doublé par rapport à la dernière session, qui a eu lieu il y a plus d’un an. Les effectifs sont passés de 40 à 90 personnes, et nous avons un groupe supplémentaire."

Quatre groupes de niveau ont donc été créés, en suivant le cadre européen de référence pour les langues (CECRL) et selon le plan régional de formation de la CdC : "Nous avons essayé de rendre les groupes le plus homogène possible. Il y a pas mal de débutants, mais aussi des gens qui avaient suivi une première session et qui souhaitent approfondir leurs connaissances", constate Michè Giudicelli, l’un des quatre formateurs. Odile et Marie-Françoise font justement partie de ces "anciens" qui veulent continuer à apprendre le corse et à progresser dans leur aisance à l’oral : "Suivre ces cours nous a débloquées et cela fait du bien, expliquent-elles d’une même voix. On écrit, on a acquis une aisance grammaticale que l’on n’avait pas, c’est devenu une vraie passion. Il était donc tout à fait logique pour nous de reprendre la formation, même après un an de pause".


90 inscrits, 5 heures de cours par semaine

Avec cinq heures de cours hebdomadaires pendant près de quatre mois et des sorties en immersion le week-end, le programme est ardu et l’investissement exigeant pour ceux qui veulent suivre ces cours. "C’est vrai que c’est peut-être plus compliqué pour les parents de jeunes enfants et pour les actifs car il s’agit de deux fois 2h30 en soirée. Il faut une vraie disponibilité. C’est peut-être aussi pour cela que nous avons beaucoup de retraités et de personnes à partir de 40 ou 45 ans", avance Valérie Mondoloni. Certains viennent parfois de loin pour suivre les cours de Jean-Pierre Rocca-Serra, Diane Egault, Michè Giudicelli et Micheli Leccia : "Beaucoup sont originaires des hameaux, mais nous en avons aussi de Bonifacio, Pianottoli ou Solenzara".

Si certains sont déjà à peu près sûrs de ne pas pouvoir assister à tous les cours – "tout simplement parce que mes horaires changent en fonction des astreintes", souligne une participante - tous savent qu’ils peuvent s’appuyer sur l’engagement des enseignants : "La réunion d’information était aussi là pour qu’ils voient que les formateurs sont motivés à leur transmettre ce patrimoine. Certains n’ont pas pu parler corse parce qu’ils font partie d’une génération où il ne fallait pas le faire, d’autres arrivent chez nous mais sont curieux de mieux nous connaître et nous comprendre. C’est de toute façon positif de pouvoir leur transmettre ce que nous savons", poursuit Michè Giudicelli.

En février prochain, après cette session de formation, les "élèves" pourront passer leur Certificatu, qui leur donnera leur niveau "officiel". Et aimeraient, pour beaucoup, poursuivre l’apprentissage, "en espérant qu’il y aura rapidement une nouvelle programmation, sans interruption longue, pour pouvoir travailler et pratiquer dans la continuité", conclut Valérie Mondoloni.



Mercredi 17 Octobre 2018
Académie Corse