Continuité des parcours scolaires des élèves porteurs d.un handicap mental

dans le département de la Corse du Sud



Document sans nom
Continuité des parcours scolaires des élèves porteurs d.un handicap mental
dans le département de la Corse du Sud.

Par la loi du 11 février 2005 et le décret n°2005-1752 du 30 décembre 2005 pris en son application, l.État s.est engagé à garantir la continuité des parcours de formation des élèves présentant un handicap en prenant en compte leur projet de vie et de formation.

  • Des changements de logique :
    • La fin de l.intégration scolaire. L.intégration scolaire qui posait presque exclusivement en termes de socialisation, les bénéfices attendus de la fréquentation .très partielle parfois- du milieu ordinaire disparaît au profit d.une scolarisation rendue possible par la mise en .uvre d.un plan de compensation du handicap décidé par la Commission des droits et de l.autonomie des personnes handicapées. (C.D.A)
    • La scolarisation en milieu ordinaire est une règle à laquelle on ne déroge qu.avec l.accord des parents. Le parcours de formation de l.élève s.effectue en priorité en milieu scolaire ordinaire, dans son établissement scolaire de référence ou, le cas échéant, dans une autre école où l.élève est inscrit si son projet personnalisé de scolarisation, rend nécessaire le recours à un dispositif adapté. Dans tous les cas, l.accord des parents ou du représentant légal est requis (1) .
    • Le projet personnalisé de scolarisation est arrêté par une structure indépendante de l.Éducation nationale, la C.D.A. L.Éducation nationale est un des partenaires de la scolarisation. Elle met en .uvre le projet personnalisé de scolarisation élaboré et arrêté par une commission qui n.est plus, comme par le passé, présidée alternativement par l.Inspecteur d.Académie ou par le Directeur départemental de l.action sanitaire et sociale. Le projet personnalisé de scolarisation définit les modalités de déroulement de la scolarité et les actions pédagogiques, psychologiques, éducatives, sociales, médicales et paramédicales répondant aux besoins particuliers des élèves présentant un handicap.
    • Les familles ont un droit reconnu à la continuité des parcours. Les enseignants référents devant garantir la continuité des parcours de formation (2), les parents n.ont plus à rechercher l.établissement susceptible d.accueillir leur enfant à la fin de l.année scolaire. C.est une charge qui incombe à l.État.
  • Ce qui a été mis en .uvre pour le handicap mental dans le département de la Corse du Sud en réponse à la loi du 11 février 2005.
  • Un meilleur maillage du territoire :

Création d.une C.L.I.S Jeunes enfants à Ajaccio à la rentrée 2005
Création d.une C.L.I.S ITEP à Ajaccio à la rentrée 2005
Création d.une C.L.I.S à Bonifacio à la rentrée 2005.
Création d.une U.P.I Porto Vecchio à la rentrée 2005
Création d.une deuxième U.P.I à Ajaccio à la rentrée 2006
Création d.une U.P.I à Propriano à la rentrée 2007
Création d.une U.P.I par l.apprentissage à l.I.M.E les Salines et à l.E.R.E.A à Ajaccio.
Création d.un demi-emploi de référent supplémentaire à la rentrée 2007.

  • Des unités d.enseignements en milieu spécialisé

Un demi-poste d.enseignement a été créé à l.I.M.E des Moulins Blancs à Ajaccio à la rentrée 2005 afin d.apporter une scolarisation à des enfants et adolescents atteints d.un fort handicap mental
Trois postes d.enseignants spécialisés ont été maintenus à l.I.M.E les Salines à Ajaccio.
L.I.M.E de Porto Vecchio développe un partenariat avec les C.L.I.S de cette ville pour assurer la scolarisation des enfants et adolescents qu.il accueille.

  • des structures collectives de scolarisation avec l.appui du secteur médico-éducatif

Pour favoriser la scolarisation en milieu ordinaire et la mise en .uvre des aides thérapeutiques, éducatives et psychologiques ainsi que l.augmentation des temps de scolarisation, des classes spécifiques ont été implantées dans un groupe scolaire d.Ajaccio.

Une C.L.I.S pour les enfants âgés de 4 à 8 ans, couramment appelée D.A.J.E : Dispositif d.accueil Jeunes enfants, pour éviter de stigmatiser les élèves. Cette classe bénéficie du concours du plateau technique de l.I.M.E des Salines depuis la rentrée 2005. (cf. Fiche ci-jointe décrivant le dispositif)

Une classe externée de l.I.M.E les Salines pour les enfants âgés de 8 à 12 ans. Communément appelée D.A.M.O, dispositif d.accueil en milieu ouvert, cette classe utilise un des moyens de l.unité d.enseignement de l.I.M.E des Salines et son plateau technique (cf. Fiche ci-jointe)

Une deuxième classe externée de l.I.M.E les Salines, pour les adolescents de plus de 16 ans, implantée à l.E.R.E.A pour un quart de son temps, dénommée U.P.I Post Collège. Avec 16 inscrits, cette Unité de Formation par l.alternance accueille des apprentis dans le milieu ordinaire. (Cf. Fiche ci-jointe décrivant le dispositif).

  • Des AVSI pour le milieu ordinaire.

Les dispositifs collectifs de scolarisation, avec ou sans l.appui des structures médico-éducatives, ne conviennent pas toujours aux parents -qui peuvent faire le choix de l.immersion dans le milieu ordinaire- ou à l.enfant, surtout quand il est très jeune.

Avec 25,5 ETP d.assistant d.éducation, le département fait d.autant mieux face aux demandes de scolarisation qu.il a développé des structures de scolarisation collectives très attractives pour les parents (D.A.J.E, D.A.M.O, U.P.I Post Collège). Il peut donc réserver ces moyens au milieu rural qui ne peut bénéficier des structures du secteur médico-éducatif, aux très jeunes enfants ou au élèves porteurs d.un handicap isolé.

A la rentrée 2007, 61 élèves sur 338 élèves porteurs de handicap (tout handicap confondu) sont accompagnés par un AVSi pour une partie au moins de leur temps de scolarisation. 45 sont scolarisés à l.école maternelle ou à l.école élémentaire, 14 au collège et 2 au lycée.

  • Une répartition territoriale des référents plus proche des usagers.

Jusqu.à la rentrée 2006, les secrétariats de CCPE et de CCSD étaient implantés à Ajaccio et à Sartène. Le secteur de Porto-Vecchio se trouvait donc démuni. Un demi-poste de référent, implanté au collège de Porto Vecchio II couvre depuis l.année dernière le secteur du Sud de Solenzara à Bonifacio, rapprochant ainsi les parents d.enfants porteurs du handicap d.un acteur essentiel à l.information et au suivi de la scolarisation. Un demi-emploi supplémentaire de référent a été dégagé à la rentrée 2007.


LE DISPOSITIF D.ACCUEIL JEUNES ENFANTS.
D.A.J.E

Créé à la rentrée 2005, il s.agit, selon la nomenclature institutionnelle, d.une Classe d.intégration scolaire (C.L.I.S) implantée en milieu ordinaire dans un bâtiment qui abrite une école maternelle et une école élémentaire composée exclusivement de cours préparatoires et de cours élémentaires première année. Cette classe bénéficie, à l.intérieur de l.école, du plateau technique de l.I.M.E les Salines.

L.appellation D.A.J.E a été choisie pour ne pas stigmatiser les enfants.

La scolarisation en milieu ordinaire, forte demande des parents, est souvent un refus à l.enfermement dans une structure spécialisée. Les besoins spécifiques de l.enfant handicapé conduisent les parents à mettre en .uvre des aides (orthophonie, psychomotricité etc) sur le temps scolaire. En comptant les temps de transport et les moments d.activités, le volume horaire scolaire se trouve très diminué. Si les parents le souhaitent, le D.A.J.E permet d.alléger la charge qui pèse sur eux : le plateau technique de l.I.M.E apporte son aide à l.école, dans le cadre des 26 heures d.enseignement et leur enfant reste dans le milieu ordinaire. Ce dispositif a permis l.augmentation du temps de scolarisation, gage d.un meilleur apprentissage.

  • Public accueilli : Le D.A.J.E accueille 6 enfants âgés de 4 à 8 ans présentant une déficience intellectuelle moyenne associée ou non à des retards instrumentaux (psychomoteurs, langage), des troubles de la personnalité, des maladies organiques. Ils relèvent donc d.une prise en charge rapprochée basée sur des repères fixes de personnes, de lieux et de temps.
  • Moyen Éducation Nationale : un professeur d.école titulaire du CAPA-SH est affecté sur le D.A.J.E.
  • Temps de scolarité : 26 heures hebdomadaires.
  • Moyens médico-sociaux : L.encadrement permanent de ce groupe est assuré par une éducatrice spécialisée (23 heures par semaine) et une AMP (26 heures par semaine). Le D.A.J.E dispose du plateau technique de l.I.M.E sur les temps de l.école Saint Jean Castelvecchio :
      • Psychologue 2h30
      • Orthophoniste 6h
      • Psychomotricienne : 9h
  • Transport : les enfants bénéficient d.un accompagnement (ramassage) matin et soir.
  • Repas : les repas sont assurés par l.établissement spécialisé.

LE DISPOSITIF D.ACCUEIL EN MILIEU ORDINAIRE : D.A.M.O

Créé à la rentrée 2005, il prend cette appellation à la dernière rentrée. Il s.agit d.une classe externée de l.I.M.E les Salines.

Il est implanté à l.école Saint Jean 1 qui accueille des élèves de cycle 3. Voisin du D.A.J.E il s.inscrit dans sa continuité. Il co-existe avec une C.L.I.S de type 1 qui offre aux familles le choix de retour dans le milieu ordinaire, sans le soutien de l.I.M.E. Pour le directeur de l.I.M.E et l.IEN ASH à l.origine de la constitution du parcours de scolarisation des enfants porteurs d.un handicap mental, il était important de laisser un véritable choix aux familles à chaque palier de la scolarité. Un élève qui sort du D.A.J.E doit avoir la possibilité de :

  • retourner dans le milieu ordinaire avec ou sans AVSI
  • entrer dans une classe spécialisée du milieu ordinaire, sans perdre le contact avec les élèves de son école
  • bénéficier du plateau technique de l.I.M.E dans une classe externée
  • profiter de l.unité d.enseignement maintenue à l.I.M.E.
  • Milieu ordinaire : Il est implanté à l.école Saint Jean 1.
  • Public accueilli : Le D.A.M.O accueille 10 enfants âgés de 8 à 12 ans présentantune déficience intellectuelle moyenne ou légère associée ou non à des retard instrumentaux (psychomoteurs, langage), des troubles de la personnalité, des maladies organiquesn.entravant pas la vie en collectivité. Ils relèvent donc comme pour le D.A.J.E d.une prise en charge rapprochée basée sur des repères fixes de personnes, de lieux et de temps.
  • Moyen Éducation Nationale : un professeur d.école titulaire du CAPA-SH est affecté sur le D.A.M.O, classe externée de l.I.M.E des Salines.
  • Temps de scolarité : 24 heures auprès des enfants plus 2 heures de coordination et de synthèse conformément aux textes en vigueur.
  • Moyens médico-sociaux : L.encadrement permanent de ce groupe est assuré par une éducatrice spécialisée (24 h) et une monitrice éducatrice (21h).

Le D.A.M.O dispose du plateau technique de l.I.M.E sur les temps de l.école Saint Jean 1 :
- Psychologue 2h30
- Orthophoniste 11h30
- Psychomotricienne : 9h30

  • Transport : les enfants bénéficient d.un accompagnement (ramassage) matin et soir.

L.U.P.I POST-COLLÈGE.

Il s.agit d.une classe externée de l.I.M.E les Salines implantée à l.E.R.E.A. Les élèves accueillis relèvent du régime de l.apprentissage et sont présents pour un quart de leur temps à l.E.R.E.A.

Elle a pour objectif de favoriser l.entrée dans le monde du travail par la voie professionnelle et trouve un écho dans l.introduction du Rapport Lachaud (3)

« Qu.un jeune handicapé soit intégré à l.école primaire puis au collège et au lycée malgré un handicap, c.est bien ; trouver un établissement spécialisé adapté aux troubles spécifiques des enfants handicapés, c.est parfait. Mais à quoi servent les pédagogies adaptées, les efforts autour de l.élève handicapé, s.ils ne débouchent pas, par la suite, sur une insertion professionnelle à la hauteur des compétences du jeune adulte ?
La scolarisation dans le primaire et le secondaire possède ses filières, ses repères et ses structures propres, mais le parcours qui va de l.école à l.entreprise n.est pas encore balisé ; les chemins sont nombreux et les obstacles encore plus : difficulté à choisir une orientation et à évaluer les débouchés, intervenants trop divers, secteurs cloisonnés, absence de vue d.ensemble des possibilités. Si la loi s.est fixé comme objectif de scolariser un maximum de jeunes handicapés, et c.est une bonne chose, l.Education nationale et ses partenaires doivent aujourd.hui se préoccuper davantage de la sortie des jeunes de ce dispositif. Ce serait, dans le cas contraire, susciter une profonde déception des jeunes et de leurs parents. De plus, laisser échapper la possibilité de l.insertion professionnelle à ce moment, c.est risquer de rendre cette insertion beaucoup plus difficile ensuite. »

  • Milieu ordinaire : Cette unité fonctionne à l.E.R.E.A, à l.I.M.E et en entreprise.
  • Public accueilli : L.U.P.I post-collège accueille 16 adolescents âgés de 16 à 18 ans tous bénéficiaires d.un contrat d.apprentissage et présentantune déficience intellectuelle moyenne ou légère associée ou non à des retards instrumentaux (psychomoteurs, langage), des troubles de la personnalité, des maladies organiquesn.entravant pas la vie en collectivité. Ils relèvent donc d.une prise en charge rapprochée basée sur des repères fixes de personnes, de lieux et de temps. Sur les 16 adolescents, 14 sont suivis par l.I.M.E des Salines et 2 par le SESSAD Déficients intellectuels.
  • Moyens Éducation nationale : un professeur d.école titulaire du CAPA-SH est affecté sur l.U.P.I post collège, sur le contingent des enseignants attribués à l.I.M.E des Salines. L.E.R.E.A met à disposition 13 heures de professeur des écoles spécialisé.
  • Moyens médico-sociaux : L.encadrement permanent de ce groupe est assuré par une éducatrice spécialisée (20h). Le plateau technique de l.I.M.E (psychomotricienne, orthophoniste, et psychologue) est à disposition de l.U.P.I post-collège hors temps scolaire dans les locaux de l.A.R.S.E.A. Un éducateur sportif et un éducateur spécialisé sont chargés de l.enseignement de l.EPS et des Arts plastiques.
  • Diplômes préparés : Certificats d.aptitude professionnelle (C.A.P) Agent polyvalent de restauration et Maintenance des Bâtiments de collectivité.
  • Transport : en début de matinée, les adolescents se rendent par leurs propres moyens à l.E.R.E.A, puis un ramassage est assuré à 12h00 pour le retour à l.I.M.E.
  • Repas : les repas sont assurés par l.établissement spécialisé.
  • Financement : le financement de cette Unité de formation par l.alternance est assuré en partie par la Collectivité territoriale de Corse et en partie par les fonds propres du groupement A Stella, gestionnaire de l.I.M.E.

CONCLUSION

Les parents d.enfants et d.adolescents porteurs de handicap mental sont assurés de trouver dans le département de la Corse du Sud une réponse à leur demande.

La scolarisation en milieu ordinaire est rendue possible par :

  • la présence d.AVSI en milieu rural et dispersé comme en zone urbaine
  • le maillage du territoire en classes spécialisées : les C.L.I.S et les U.P.I sont présentes dans les principaux bassins de population
  • le secteur médico-éducatif qui accompagne les projets de scolarisation. Les SESSAD, présents à Porto Vecchio, Propriano, Sartène et Ajaccio, soutiennent les familles et les élèves, en relation avec les établissements scolaires. Des structures plus lourdes, totalement immergées dans le milieu ordinaire (D.A.J.E, D.A.M.O, U.P.I Post Collège) apportent des réponses aux parents soucieux d.une prise en charge efficace et d.une fréquentation du milieu ordinaire.

Le parcours est construit avec ses différents étages et cercles :

  • accueil individualisé en maternelle, élémentaire, collège et lycée
  • accueil en milieu ordinaire, en classe spécialisée de l.école maternelle au niveau 5.
  • accueil en milieu ordinaire, dans l.enseignement adapté
  • accueil en milieu ordinaire, dans des classes externées de l.I.M.E
  • accueil en unités d.enseignement intégrées aux I.M.E.

note 1 :Article L.112-1 de la loi du 11 février 2005 : « Dans le cadre de son projet personnalisé, si ses besoins nécessitent qu'il reçoive sa formation au sein de dispositifs adaptés, il peut être inscrit dans une autre école ou un autre établissement mentionné à l'article L. 351-1 par l'autorité administrative compétente, sur proposition de son établissement de référence et avec l'accord de ses parents ou de son représentant légal. »

note 2 :Un enseignant (.) exerce les fonctions de référent auprès de chacun des élèves handicapés du département afin d.assurer, sur l.ensemble du parcours de formation, la permanence des relations avec l.élève, ses parents ou son représentant légal, s.il est mineur. Le secteur d.intervention des enseignants référents (.) est fixé par décision de l.inspecteur d.académie, directeur des services départementaux de l.éducation nationale. Il comprend nécessairement des écoles et des établissements du second degré, ainsi que les établissements de santé ou médico-sociaux implantés dans ce secteur, de manière à favoriser la continuité des parcours de formation.

note 3 :Yvan Lachaud. Favoriser l.insertion professionnelle des jeunes handicapés. La documentation française. Paris. 2005 ; http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000182/index.shtml


Document sans nom
Continuité des parcours scolaires des élèves porteurs d.un handicap mental
dans le département de la Corse du Sud.

Par la loi du 11 février 2005 et le décret n°2005-1752 du 30 décembre 2005 pris en son application, l.État s.est engagé à garantir la continuité des parcours de formation des élèves présentant un handicap en prenant en compte leur projet de vie et de formation.

  • Des changements de logique :
    • La fin de l.intégration scolaire. L.intégration scolaire qui posait presque exclusivement en termes de socialisation, les bénéfices attendus de la fréquentation .très partielle parfois- du milieu ordinaire disparaît au profit d.une scolarisation rendue possible par la mise en .uvre d.un plan de compensation du handicap décidé par la Commission des droits et de l.autonomie des personnes handicapées. (C.D.A)
    • La scolarisation en milieu ordinaire est une règle à laquelle on ne déroge qu.avec l.accord des parents. Le parcours de formation de l.élève s.effectue en priorité en milieu scolaire ordinaire, dans son établissement scolaire de référence ou, le cas échéant, dans une autre école où l.élève est inscrit si son projet personnalisé de scolarisation, rend nécessaire le recours à un dispositif adapté. Dans tous les cas, l.accord des parents ou du représentant légal est requis (1) .
    • Le projet personnalisé de scolarisation est arrêté par une structure indépendante de l.Éducation nationale, la C.D.A. L.Éducation nationale est un des partenaires de la scolarisation. Elle met en .uvre le projet personnalisé de scolarisation élaboré et arrêté par une commission qui n.est plus, comme par le passé, présidée alternativement par l.Inspecteur d.Académie ou par le Directeur départemental de l.action sanitaire et sociale. Le projet personnalisé de scolarisation définit les modalités de déroulement de la scolarité et les actions pédagogiques, psychologiques, éducatives, sociales, médicales et paramédicales répondant aux besoins particuliers des élèves présentant un handicap.
    • Les familles ont un droit reconnu à la continuité des parcours. Les enseignants référents devant garantir la continuité des parcours de formation (2), les parents n.ont plus à rechercher l.établissement susceptible d.accueillir leur enfant à la fin de l.année scolaire. C.est une charge qui incombe à l.État.
  • Ce qui a été mis en .uvre pour le handicap mental dans le département de la Corse du Sud en réponse à la loi du 11 février 2005.
  • Un meilleur maillage du territoire :

Création d.une C.L.I.S Jeunes enfants à Ajaccio à la rentrée 2005
Création d.une C.L.I.S ITEP à Ajaccio à la rentrée 2005
Création d.une C.L.I.S à Bonifacio à la rentrée 2005.
Création d.une U.P.I Porto Vecchio à la rentrée 2005
Création d.une deuxième U.P.I à Ajaccio à la rentrée 2006
Création d.une U.P.I à Propriano à la rentrée 2007
Création d.une U.P.I par l.apprentissage à l.I.M.E les Salines et à l.E.R.E.A à Ajaccio.
Création d.un demi-emploi de référent supplémentaire à la rentrée 2007.

  • Des unités d.enseignements en milieu spécialisé

Un demi-poste d.enseignement a été créé à l.I.M.E des Moulins Blancs à Ajaccio à la rentrée 2005 afin d.apporter une scolarisation à des enfants et adolescents atteints d.un fort handicap mental
Trois postes d.enseignants spécialisés ont été maintenus à l.I.M.E les Salines à Ajaccio.
L.I.M.E de Porto Vecchio développe un partenariat avec les C.L.I.S de cette ville pour assurer la scolarisation des enfants et adolescents qu.il accueille.

  • des structures collectives de scolarisation avec l.appui du secteur médico-éducatif

Pour favoriser la scolarisation en milieu ordinaire et la mise en .uvre des aides thérapeutiques, éducatives et psychologiques ainsi que l.augmentation des temps de scolarisation, des classes spécifiques ont été implantées dans un groupe scolaire d.Ajaccio.

Une C.L.I.S pour les enfants âgés de 4 à 8 ans, couramment appelée D.A.J.E : Dispositif d.accueil Jeunes enfants, pour éviter de stigmatiser les élèves. Cette classe bénéficie du concours du plateau technique de l.I.M.E des Salines depuis la rentrée 2005. (cf. Fiche ci-jointe décrivant le dispositif)

Une classe externée de l.I.M.E les Salines pour les enfants âgés de 8 à 12 ans. Communément appelée D.A.M.O, dispositif d.accueil en milieu ouvert, cette classe utilise un des moyens de l.unité d.enseignement de l.I.M.E des Salines et son plateau technique (cf. Fiche ci-jointe)

Une deuxième classe externée de l.I.M.E les Salines, pour les adolescents de plus de 16 ans, implantée à l.E.R.E.A pour un quart de son temps, dénommée U.P.I Post Collège. Avec 16 inscrits, cette Unité de Formation par l.alternance accueille des apprentis dans le milieu ordinaire. (Cf. Fiche ci-jointe décrivant le dispositif).

  • Des AVSI pour le milieu ordinaire.

Les dispositifs collectifs de scolarisation, avec ou sans l.appui des structures médico-éducatives, ne conviennent pas toujours aux parents -qui peuvent faire le choix de l.immersion dans le milieu ordinaire- ou à l.enfant, surtout quand il est très jeune.

Avec 25,5 ETP d.assistant d.éducation, le département fait d.autant mieux face aux demandes de scolarisation qu.il a développé des structures de scolarisation collectives très attractives pour les parents (D.A.J.E, D.A.M.O, U.P.I Post Collège). Il peut donc réserver ces moyens au milieu rural qui ne peut bénéficier des structures du secteur médico-éducatif, aux très jeunes enfants ou au élèves porteurs d.un handicap isolé.

A la rentrée 2007, 61 élèves sur 338 élèves porteurs de handicap (tout handicap confondu) sont accompagnés par un AVSi pour une partie au moins de leur temps de scolarisation. 45 sont scolarisés à l.école maternelle ou à l.école élémentaire, 14 au collège et 2 au lycée.

  • Une répartition territoriale des référents plus proche des usagers.

Jusqu.à la rentrée 2006, les secrétariats de CCPE et de CCSD étaient implantés à Ajaccio et à Sartène. Le secteur de Porto-Vecchio se trouvait donc démuni. Un demi-poste de référent, implanté au collège de Porto Vecchio II couvre depuis l.année dernière le secteur du Sud de Solenzara à Bonifacio, rapprochant ainsi les parents d.enfants porteurs du handicap d.un acteur essentiel à l.information et au suivi de la scolarisation. Un demi-emploi supplémentaire de référent a été dégagé à la rentrée 2007.


LE DISPOSITIF D.ACCUEIL JEUNES ENFANTS.
D.A.J.E

Créé à la rentrée 2005, il s.agit, selon la nomenclature institutionnelle, d.une Classe d.intégration scolaire (C.L.I.S) implantée en milieu ordinaire dans un bâtiment qui abrite une école maternelle et une école élémentaire composée exclusivement de cours préparatoires et de cours élémentaires première année. Cette classe bénéficie, à l.intérieur de l.école, du plateau technique de l.I.M.E les Salines.

L.appellation D.A.J.E a été choisie pour ne pas stigmatiser les enfants.

La scolarisation en milieu ordinaire, forte demande des parents, est souvent un refus à l.enfermement dans une structure spécialisée. Les besoins spécifiques de l.enfant handicapé conduisent les parents à mettre en .uvre des aides (orthophonie, psychomotricité etc) sur le temps scolaire. En comptant les temps de transport et les moments d.activités, le volume horaire scolaire se trouve très diminué. Si les parents le souhaitent, le D.A.J.E permet d.alléger la charge qui pèse sur eux : le plateau technique de l.I.M.E apporte son aide à l.école, dans le cadre des 26 heures d.enseignement et leur enfant reste dans le milieu ordinaire. Ce dispositif a permis l.augmentation du temps de scolarisation, gage d.un meilleur apprentissage.

  • Public accueilli : Le D.A.J.E accueille 6 enfants âgés de 4 à 8 ans présentant une déficience intellectuelle moyenne associée ou non à des retards instrumentaux (psychomoteurs, langage), des troubles de la personnalité, des maladies organiques. Ils relèvent donc d.une prise en charge rapprochée basée sur des repères fixes de personnes, de lieux et de temps.
  • Moyen Éducation Nationale : un professeur d.école titulaire du CAPA-SH est affecté sur le D.A.J.E.
  • Temps de scolarité : 26 heures hebdomadaires.
  • Moyens médico-sociaux : L.encadrement permanent de ce groupe est assuré par une éducatrice spécialisée (23 heures par semaine) et une AMP (26 heures par semaine). Le D.A.J.E dispose du plateau technique de l.I.M.E sur les temps de l.école Saint Jean Castelvecchio :
      • Psychologue 2h30
      • Orthophoniste 6h
      • Psychomotricienne : 9h
  • Transport : les enfants bénéficient d.un accompagnement (ramassage) matin et soir.
  • Repas : les repas sont assurés par l.établissement spécialisé.

LE DISPOSITIF D.ACCUEIL EN MILIEU ORDINAIRE : D.A.M.O

Créé à la rentrée 2005, il prend cette appellation à la dernière rentrée. Il s.agit d.une classe externée de l.I.M.E les Salines.

Il est implanté à l.école Saint Jean 1 qui accueille des élèves de cycle 3. Voisin du D.A.J.E il s.inscrit dans sa continuité. Il co-existe avec une C.L.I.S de type 1 qui offre aux familles le choix de retour dans le milieu ordinaire, sans le soutien de l.I.M.E. Pour le directeur de l.I.M.E et l.IEN ASH à l.origine de la constitution du parcours de scolarisation des enfants porteurs d.un handicap mental, il était important de laisser un véritable choix aux familles à chaque palier de la scolarité. Un élève qui sort du D.A.J.E doit avoir la possibilité de :

  • retourner dans le milieu ordinaire avec ou sans AVSI
  • entrer dans une classe spécialisée du milieu ordinaire, sans perdre le contact avec les élèves de son école
  • bénéficier du plateau technique de l.I.M.E dans une classe externée
  • profiter de l.unité d.enseignement maintenue à l.I.M.E.
  • Milieu ordinaire : Il est implanté à l.école Saint Jean 1.
  • Public accueilli : Le D.A.M.O accueille 10 enfants âgés de 8 à 12 ans présentantune déficience intellectuelle moyenne ou légère associée ou non à des retard instrumentaux (psychomoteurs, langage), des troubles de la personnalité, des maladies organiquesn.entravant pas la vie en collectivité. Ils relèvent donc comme pour le D.A.J.E d.une prise en charge rapprochée basée sur des repères fixes de personnes, de lieux et de temps.
  • Moyen Éducation Nationale : un professeur d.école titulaire du CAPA-SH est affecté sur le D.A.M.O, classe externée de l.I.M.E des Salines.
  • Temps de scolarité : 24 heures auprès des enfants plus 2 heures de coordination et de synthèse conformément aux textes en vigueur.
  • Moyens médico-sociaux : L.encadrement permanent de ce groupe est assuré par une éducatrice spécialisée (24 h) et une monitrice éducatrice (21h).

Le D.A.M.O dispose du plateau technique de l.I.M.E sur les temps de l.école Saint Jean 1 :
- Psychologue 2h30
- Orthophoniste 11h30
- Psychomotricienne : 9h30

  • Transport : les enfants bénéficient d.un accompagnement (ramassage) matin et soir.

L.U.P.I POST-COLLÈGE.

Il s.agit d.une classe externée de l.I.M.E les Salines implantée à l.E.R.E.A. Les élèves accueillis relèvent du régime de l.apprentissage et sont présents pour un quart de leur temps à l.E.R.E.A.

Elle a pour objectif de favoriser l.entrée dans le monde du travail par la voie professionnelle et trouve un écho dans l.introduction du Rapport Lachaud (3)

« Qu.un jeune handicapé soit intégré à l.école primaire puis au collège et au lycée malgré un handicap, c.est bien ; trouver un établissement spécialisé adapté aux troubles spécifiques des enfants handicapés, c.est parfait. Mais à quoi servent les pédagogies adaptées, les efforts autour de l.élève handicapé, s.ils ne débouchent pas, par la suite, sur une insertion professionnelle à la hauteur des compétences du jeune adulte ?
La scolarisation dans le primaire et le secondaire possède ses filières, ses repères et ses structures propres, mais le parcours qui va de l.école à l.entreprise n.est pas encore balisé ; les chemins sont nombreux et les obstacles encore plus : difficulté à choisir une orientation et à évaluer les débouchés, intervenants trop divers, secteurs cloisonnés, absence de vue d.ensemble des possibilités. Si la loi s.est fixé comme objectif de scolariser un maximum de jeunes handicapés, et c.est une bonne chose, l.Education nationale et ses partenaires doivent aujourd.hui se préoccuper davantage de la sortie des jeunes de ce dispositif. Ce serait, dans le cas contraire, susciter une profonde déception des jeunes et de leurs parents. De plus, laisser échapper la possibilité de l.insertion professionnelle à ce moment, c.est risquer de rendre cette insertion beaucoup plus difficile ensuite. »

  • Milieu ordinaire : Cette unité fonctionne à l.E.R.E.A, à l.I.M.E et en entreprise.
  • Public accueilli : L.U.P.I post-collège accueille 16 adolescents âgés de 16 à 18 ans tous bénéficiaires d.un contrat d.apprentissage et présentantune déficience intellectuelle moyenne ou légère associée ou non à des retards instrumentaux (psychomoteurs, langage), des troubles de la personnalité, des maladies organiquesn.entravant pas la vie en collectivité. Ils relèvent donc d.une prise en charge rapprochée basée sur des repères fixes de personnes, de lieux et de temps. Sur les 16 adolescents, 14 sont suivis par l.I.M.E des Salines et 2 par le SESSAD Déficients intellectuels.
  • Moyens Éducation nationale : un professeur d.école titulaire du CAPA-SH est affecté sur l.U.P.I post collège, sur le contingent des enseignants attribués à l.I.M.E des Salines. L.E.R.E.A met à disposition 13 heures de professeur des écoles spécialisé.
  • Moyens médico-sociaux : L.encadrement permanent de ce groupe est assuré par une éducatrice spécialisée (20h). Le plateau technique de l.I.M.E (psychomotricienne, orthophoniste, et psychologue) est à disposition de l.U.P.I post-collège hors temps scolaire dans les locaux de l.A.R.S.E.A. Un éducateur sportif et un éducateur spécialisé sont chargés de l.enseignement de l.EPS et des Arts plastiques.
  • Diplômes préparés : Certificats d.aptitude professionnelle (C.A.P) Agent polyvalent de restauration et Maintenance des Bâtiments de collectivité.
  • Transport : en début de matinée, les adolescents se rendent par leurs propres moyens à l.E.R.E.A, puis un ramassage est assuré à 12h00 pour le retour à l.I.M.E.
  • Repas : les repas sont assurés par l.établissement spécialisé.
  • Financement : le financement de cette Unité de formation par l.alternance est assuré en partie par la Collectivité territoriale de Corse et en partie par les fonds propres du groupement A Stella, gestionnaire de l.I.M.E.

CONCLUSION

Les parents d.enfants et d.adolescents porteurs de handicap mental sont assurés de trouver dans le département de la Corse du Sud une réponse à leur demande.

La scolarisation en milieu ordinaire est rendue possible par :

  • la présence d.AVSI en milieu rural et dispersé comme en zone urbaine
  • le maillage du territoire en classes spécialisées : les C.L.I.S et les U.P.I sont présentes dans les principaux bassins de population
  • le secteur médico-éducatif qui accompagne les projets de scolarisation. Les SESSAD, présents à Porto Vecchio, Propriano, Sartène et Ajaccio, soutiennent les familles et les élèves, en relation avec les établissements scolaires. Des structures plus lourdes, totalement immergées dans le milieu ordinaire (D.A.J.E, D.A.M.O, U.P.I Post Collège) apportent des réponses aux parents soucieux d.une prise en charge efficace et d.une fréquentation du milieu ordinaire.

Le parcours est construit avec ses différents étages et cercles :

  • accueil individualisé en maternelle, élémentaire, collège et lycée
  • accueil en milieu ordinaire, en classe spécialisée de l.école maternelle au niveau 5.
  • accueil en milieu ordinaire, dans l.enseignement adapté
  • accueil en milieu ordinaire, dans des classes externées de l.I.M.E
  • accueil en unités d.enseignement intégrées aux I.M.E.

note 1 :Article L.112-1 de la loi du 11 février 2005 : « Dans le cadre de son projet personnalisé, si ses besoins nécessitent qu'il reçoive sa formation au sein de dispositifs adaptés, il peut être inscrit dans une autre école ou un autre établissement mentionné à l'article L. 351-1 par l'autorité administrative compétente, sur proposition de son établissement de référence et avec l'accord de ses parents ou de son représentant légal. »

note 2 :Un enseignant (.) exerce les fonctions de référent auprès de chacun des élèves handicapés du département afin d.assurer, sur l.ensemble du parcours de formation, la permanence des relations avec l.élève, ses parents ou son représentant légal, s.il est mineur. Le secteur d.intervention des enseignants référents (.) est fixé par décision de l.inspecteur d.académie, directeur des services départementaux de l.éducation nationale. Il comprend nécessairement des écoles et des établissements du second degré, ainsi que les établissements de santé ou médico-sociaux implantés dans ce secteur, de manière à favoriser la continuité des parcours de formation.

note 3 :Yvan Lachaud. Favoriser l.insertion professionnelle des jeunes handicapés. La documentation française. Paris. 2005 ; http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000182/index.shtml


     

Rectorat de l'académie de Corse
Boulevard Pascal Rossini
BP 808
20192 Ajaccio CEDEX 4

Tél : +33 (0)4 95 50 33 33
Fax : +33 (0)4 95 51 27 06
Nous contacter

Horaires d'ouverture au public :
du lundi au vendredi
de 9h30 à 11h30
et de 14h30 à 16h
Enquête : «qualité de l'accueil»