Archéo-techno



    Ce projet "Archéo-techno" concerne un collège de ZEPd’environ 550 élèves. On a ici affaire à despublics difficiles, d’abord parce que le niveau général yest faible, et ensuite à cause de la présence deplusieurs communautés d’origines différentes. Lesenseignants parlent d’ailleurs d’établissement "sensible". Lesenseignants y sont plutôt stables, actifs, et ont une certainehabitude de travailler ensemble. Selon leurs propres termes,l’équipe de direction leur a donné largement "carteblanche" pour leurs initiatives.     L’idée du projet est née àl’occasion de précédentes "journéesinter-culturelles" qui s’étaient déroulées dansl’établissement l’année précédente, ainsique de rencontres entre enseignants faites à l’occasion d’uneprécédente "semaine de la science".     Le thème de travail que l’équipe s’estproposé est au départ le suivant : il y a dansl’établissement des élèves issus decommunautés qui ne se connaissent pas vraiment, mais qui ont encommun le bassin méditerranéen : cetteinter-culturalité se fonde donc sur des bases de culturecommune, que l’on doit pouvoir notamment retrouver au travers d' unerecherche sur la préhistoire. Il y a effectivement dans larégion des sites accessibles que l’on pourra exploiterpédagogiquement. Cet axe consiste donc dans une étude quiest prise en charge par les professeurs de disciplinesdifférentes dans leurs cours, et qui porte sur différentssites du bassin méditerranéen : des îles auterritoire marocain.     Un autre objectif découle du premier,à savoir : faire découvrir et valoriser aux yeux de tousle patrimoine et les cultures de tous ces sites. Cette dynamique devaitconcerner tous les élèves, y compris ceux du CIPPA,considérés comme un peu à part dansl’établissement. L’objectif fondamental était bienentendu de réinventer une cohésion culturelle defaçon à faire exister de meilleures conditions de travailà l’intérieur de l’établissement, et aussi derecréer une motivation pour tous les élèves, ycompris les plus en difficulté. De nombreux enseignements ontdonc réussi à imbriquer des projets propres. Parailleurs, il y a eu des réalisations de natures trèsdifférentes : plusieurs expositions permanentes, une semaineinter-culturelle, l’enrichissement des pages Internet ducollège, la réalisation d’un CD-ROM, etc.     La richesse du projet en fait aussi lacomplexité : ainsi, on peut décrire presque autant d’axesde travail innovants que d’enseignants associés, et presquechacun de ces axes a débouché sur une action en find’année, une production ou une réalisation, donnant ainsiun aspect concret et un résultat offert à tous,élèves, enseignants et familles. Outre cela, ilétait intéressant d’impliquer d’autres partenaires, commedes enseignants de l’université dont les compétencesdisciplinaires ont été sollicitées. Mais parcontre, il a été difficile de jongler avec les questionsde planning.     Outre cela, l’élan s’est trouvéparfois un peu freiné lorsque le passage aux réalisationss’est heurté à des problèmes desécurité qu’on ne pouvait nécessairement pasanticiper. Néanmoins, la dynamique s’est maintenue d’unefaçon forte, permettant à la fois de mettre en valeur lescompétences particulières, ou les passions propres auxenseignants, et aussi les capacités des élèvesà travailler ensemble, ce qui était bien le butrecherché. Parmi les aspects les plus intéressants de cetravail, il y aurait bien le travail en équipe desélèves, et les potentialités qu’ilrévèle. Ceci dit, chaque expérience menéedans le cadre des enseignements disciplinaires a travaillé surdes dynamiques d’apprentissage « différentes », quivalent chacune d’être décrites. Les enseignants notammentsoulignent souvent combien la notion de "projet " est importante pourmotiver les élèves. Enfin, il serait intéressantde se demander plus en détail comment l’établissementdans son ensemble s’est rendu capable de souplesse, comment il adû s’adapter en termes d’organisation à la richesse desinitiatives et des réalisations.

     

Rectorat de l'académie de Corse
Boulevard Pascal Rossini
BP 808
20192 Ajaccio CEDEX 4

Tél : +33 (0)4 95 50 33 33
Fax : +33 (0)4 95 51 27 06
Nous contacter

Horaires d'ouverture au public :
du lundi au vendredi
de 9h30 à 11h30
et de 14h30 à 16h
Enquête : «qualité de l'accueil»