Aide aux élèves en grande difficulté



La méthode choisie consisteà proposer à des groupes de deux élèvesvolontaires un long devoir portant sur une grosse partie du programme(environ un tiers du programme). Deux énoncés sontproposés, l’un sur la géométrie, l’autre surl’analyse de données. Ce devoir est à rédiger en deux mois, délai quipermet aux élèves de dégager le tempsnécessaire à une réflexion sérieuse età la rédaction. Le professeur se tient à ladisposition des élèves désireux de recevoir desexplications à chaque fin d’heure ou en dehors des cours. Cetravail n’entre pas dans le cadre de la progression normale de laclasse, c’est une activité supplémentaire. L’énoncé est soumis aux élèves avec uneprésentation un peu rébarbative mais les premièresquestions sont des applications directes du cours, l’association de cesdeux aspects permettant une mise en confiance nonobstant laprésentation et la longueur du devoir. Des documents(problème d’analyse de données) ou des figures(problème géométrique) accompagnentl’énoncé. Le programme est destinéà  :
  • détruire l’appréhension des élèvesvis à vis de l’écrit, de données « brutes», de calculs longs ou répétitifs,
  • les habituer à rédiger un devoir long en faisantdes efforts de présentation,
  • leur faire réviser un pan important du programme officielde la classe de cinquième.

Présentation de l’action L’idée de devoir sur un long terme ne me paraît pasfinalement bien adaptée à un public en difficultéalors qu’elle pourrait être utile à desélèves motivés et désireux deréviser et d’approfondir leurs connaissances (surtout enlycée), d‘améliorer leur rédaction et quidonnerait lieu, finalement, à une remédiation. Afin d’attirer des élèves, une notationgénéreuse a été promise, destinéeà récompenser les efforts, méthode quigénère elle-même ses propres dérives : parmiles élèves volontaires, certains vont  bâclerle travail en essayant de duper le professeur sur la qualité desrecherches effectuées. Les brouillons sont en principe interdits, à desseind’évaluer les raisonnements et cheminements suivis par lesélèves. En outre, chaque question doit faire l’objetd’une cotation quant à sa difficulté et sa longueur.L’utilité de cette demande du professeur semble n’avoir pasété appréciée par les élèves. Le devoir est à rédiger en groupe, cette idéem’ayant paru a priori favoriser les discussions entreélèves qui sont toujours profitables. Mais sont-ellesréellement possibles chez des enfants qui vivent dans desmilieux défavorisés et ne disposent pas tous d’un espacepropice au travail à leur domicile, et donc ne peuvent seréunir à plusieurs ? Conclusion Les devoirs récupérés ont montré uneinsuffisance globale de travail de la part des élèvesconcernés et une insuffisance manifeste du temps consacréà la rédaction des feuilles à rendre. Aussi, l’idée présentée ne me semble pas devoirêtre appliquée à nouveau à un public de cetâge, manquant de maturité et de volonté. De, plus, faute d’avoir pu suivre les élèvesconcernés en raison d’un changement d’affectation, je n’ai puévaluer les bénéfices qu’auraient malgrétout pu tirer les élèves volontaires de cette action.

     

Rectorat de l'académie de Corse
Boulevard Pascal Rossini
BP 808
20192 Ajaccio CEDEX 4

Tél : +33 (0)4 95 50 33 33
Fax : +33 (0)4 95 51 27 06
Nous contacter

Horaires d'ouverture au public :
du lundi au vendredi
de 9h30 à 11h30
et de 14h30 à 16h
Enquête : «qualité de l'accueil»